L’oiseau jardinier

L’oiseau jardinier à nuque rose, espèce endémique de passereaux en Australie, met à profit une illusion d’optique, dans la construction de son nid, pour attirer la femelle à lui.

Ce nid est une structure complexe, une sorte de tunnel, ouvert aux deux extrémités, formé de brindilles entrelacées, avec une forme d’arche à l’entrée.

Au bout de ce tunnel, une petite cour qui ne se dévoile à la femelle que sous un angle de vue restreint, cour jonchée de coquillages, d’os, de pierres, objets disposés de telle façon que les plus volumineux apparaissent au fond, les plus petits étant au premier plan .

En arrangeant la cour de la sorte, l’oiseau crée, chez la femelle, une illusion d’optique, car voyant ce patio plus petit qu’il ne l’est en réalité, elle « grossit », du coup, automatiquement, le mâle qui devient, ainsi, plus séduisant et attirant.

Ce dernier peut alors se lancer dans une danse complexe devant la femelle qui, maintenant à même de juger de ses talents de constructeur et de décorateur d’intérieur, pourra, ou non, se donner à lui.

L’homme, cet autre oiseau à la nuque raide, ne procède pas autrement dans la conquête de sa partenaire, à la différence que l’illusion d’optique est, plus généralement, inversée.

C’est le mâle , le plus souvent, qui cède à l’illusion d’optique.

Stendhal l’a parfaitement illustré, dans De L’Amour, avec le phénomène de la cristallisation.

L’amour, ce mécanisme de la projection, qui dépose sur la personne les qualités qu’on désire trouver chez elle, à l’instar de ce petit rameau, effeuillé et abîmé par le froid hivernal, qu’on a jeté dans les mines de sel de Salzbourg et qu’on retrouve, quelques mois plus tard, recouvert de petits diamants cristallisés par les eaux salines…

Illusion d’optique qui pare l’aimée de mille feux, la rendant plus séduisante qu’elle n’est , en raison d’une cour démesurée…

Il ne reste plus , à la belle, qu’à danser et le tour est joué jusqu’à ce que les petits cristaux se mettent à fondre et laissent apparaître une simple branche dans sa nudité.

Vérité de l’ignorance

Dans une conférence sur le Savoir et l’Ignorance, Karl Popper indique qu’il n’y a de savoir, et donc de vérité, dans les sciences de la nature, qu’à titre d’hypothèses, sans cesse susceptibles d’être invalidées, falsifiées, selon sa terminologie.

En il en appelle à la modestie même de Newton sur l’importance de ses découvertes :

« Je ne sais pas quelle impression je fais au monde. A moi-même , je me fais l’impression d’être un petit garçon qui joue au bord de la mer. Je me suis amusé à ramasser, ici et là, un gravillon plus lisse que les autres, ou un plus joli coquillage – cependant que devant moi, inexploré , s’étendait le grand Océan de la vérité. »

Humilité de Newton à laquelle répond celle d’Einstein qui désignait sa théorie de la relativité comme un « éphémère »

Kant avait vu juste quand il soulignait que les lois de Newton ne sont pas déchiffrées dans la nature mais ne sont que le produit de l’entendement du grand physicien, son invention : c’est l’esprit humain qui invente les « lois » de la nature :

« L’entendement ne tire pas ses lois de la nature mais il les lui prescrit »

Il faut sans cesse en revenir à l’Apologie de Socrate qui plaide pour la reconnaissance de l’ignorance humaine :

« S’il y a une chose que je sais , c’est que je ne sais rien »

Cent ans avant Socrate, le poète Xénophane disait déjà :

« Il n’y eut dans le passé et il n’y aura jamais dans l’avenir personne qui ait une connaissance certaine des dieux…

C’est l’opinion qui règne partout… »

Redoutable

Blois - Le Terrible bientôt parrainé - Le Petit Solognot

Inutile de chercher bien longtemps le responsable du tremblement de terre de magnitude 5,9 qui vient de frapper le Sud-Est de l’Australie, faisant vaciller les tours de Melbourne et sortir, en panique, les gens dans les rues…

Ça n’a pas félon feu!

C’est le sous-marin le Terrible, bien sûr, qui, tel un boomerang faisant retour, a expédié une torpille de bienvenue aux pays des kangourous et qui, faute de pouvoir se mettre dans la poche les dividendes d’un marché juteux, a laissé , en guise de cadeau, un petit exemplaire de qualité de la haute technologie nationale !

Mâle et fils

kART à voir: n°132 Les Noces de Cana (1563)Paolo Véronèse

Il n’est absolument pas criminel, pour un père tuberculeux, d’avoir des enfants, dit Kafka, en indiquant que le père de Flaubert était tuberculeux car, ou bien l’enfant aura des poumons qui se mettront à jouer de la flûte ou bien l’enfant sera Flaubert : dans les deux cas, on aura mis au monde un artiste !

Peut-on en dire autant pour l’enfant d’un père confit en dévotion?

Pas d’alternative dans ce cas de figure: l’enfant baignera toute sa vie dans l’eau bénite, soit, à l’exemple du père, en avalant cette eau avec délice, soit en essayant , en vain, d’écoper l’eau du bénitier dans laquelle il se noie.

Changer l’eau, en vain: le miracle n’est pas à la portée de tous les fils.

Délocalisation infernale

Rome : la chapelle Sixtine (Vatican)

On compte actuellement , semble-t-il, 3800 espèce de serpents sur la planète.

Ils proviendraient tous des 5 ou 6 espèces survivantes de la catastrophe survenue à la fin du Crétacé, il y 66 millions d’années, quand une météorite à plongé la Terre dans la pénombre, éliminant avec les dinosaures , plus des trois quarts des espèces vivantes existant à cette époque.

De quelle espèce était le serpent de la Genèse qui incita Eve à manger du fruit de l’arbre de la connaissance du Bien et du Mal , cet arbre qui était au milieu du Jardin et dont Yahvé avait interdit l’approche sous peine de mort ?

A-t-il, ce serpent, le plus rusé des animaux , échappé à la chute de cet astéroïde dont on a retrouvé le cratère d’impact dans la péninsule du Yucatan, au Mexique ?

Il semble que oui, et il se porte bien, les facteurs de division et le malheur prospérant sur une Planète en surchauffe dont l’élévation en température ne peut être due qu’ à ce Serpent qui a décidé de délocaliser la fournaise de son Enfer sur une Terre, promise dès la Chute Originelle, à la souffrance et à la mort.

Linceul de Christo

https://media.ouest-france.fr/v1/pictures/MjAyMTA5NWZmZGQ3YzNiNGFkMmU5Yzc1OTkyNDRhMDk3OTA3ZDY?width=480&focuspoint=50%2C25&cropresize=1&client_id=bpeditorial&sign=26f7100568717e8110324e27fbbb2ee7731a49212f4af8c83d50d5765fc3c021

C’est pour célébrer le souvenir des victoires de l’armée française que Napoléon ordonne la construction de l’Arc de Triomphe à Paris.

La pose de la première pierre, le 15 août 1806, a lieu dans l’indifférence générale.

Maintenant , en 2021, c’est l’emballement..