L’Etreinte

Le poète Rainer Maria Rilke définit l’amour comme deux solitudes qui se saluent et le peintre Schiele, en 1917, le met en lumière dans l’Etreinte.

Sur le drap blanc de l’armistice des corps, le peintre ne saurait emprisonner, dans une forme, ce qui dépasse toute forme : l’image de l’étreinte échappe au cadre et tremble de son impuissance à la perfection du lien.

Tout comme les entrailles de la Vierge sont impuissantes à limiter
l’incommensurable Divinité qui les habite, ainsi l’étreinte ne peut réduire à l’enlacement le désir qui le fuit de partout.

Cette chevelure brune, défaite aux mains qui la froissent,
ces épaules mordorées qu’une bouche à jamais déchire, ces plissés, ces torsades, ces ors sur la toile orangée laissent au regard qui les couvre le désir qu’ils se dérobent à l’infini, afin d’entretenir toujours, dans le tumulte des couleurs et des plis, l’espoir d’une réunion des corps, rebelles encore au seul salut des solitudes.

 )°(

Publicités