La paume et la bonne poire

L’archer malin bande son arc au maximum, ferme un œil, vise et relâche la corde, la flèche, en un éclair, va se planter , à 5O m, dans un panneau en bois.

Il laisse alors tomber son instrument et, armé de bombes de peinture, se précipite sur le panneau pour disposer, autour de la flèche, fichée dans le bois, 10 anneaux concentriques de cinq couleurs.

Une fois son ouvrage terminé, miracle, la flèche, apparaît alors, fichée, toute vibrante , en plein milieu de la cible encore fraîche .

Il est assuré aussi de taper dans le mille celui, qui, comme l’archer rusé, avec ses bombinettes de peinture, installe, telle une cible, son inconscient fléché, bien au centre de son psychisme, pour l’entourer ensuite des cercles concentriques de l’acte manqué, du lapsus, du rêve et du symptôme, formations hautes en couleurs, révélatrices, dès lors, d’une autre scène en soi.

Une fois terminée l’installation des preuves autour de l’instance sacralisée, l’interprétation peut alors faire flèche de tout bois, car l’inconscient, c’est une flèche : ça parle.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s