Sur moi le divan

Monter sur un fauteuil en osier dont on sait que l’assise est incertaine, saisir, au plus haut de la bibliothèque, le Séminaire de Lacan sur l’Angoisse et soudain, désarçonné, tomber brutalement à la renverse sur le sol, la tête heurtant violemment l’arête vive du divan .

Patatras de l’objet chu !

Le sang, Lacan , le divan..

Clin d’oeil amusé du surmoi de ce type qui tombe à la renverse avec l’Angoisse entre les mains, ce type qui pensait, des tours retors de l’inconscient et du séminaire, ne plus avoir cure.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s