Sur un Platon

Le christianisme est un platonisme. Mais c’est un platonisme paradoxal car il prétend, par l’Incarnation du Christ, faire tenir, dans le sensible, ce qui y contrevient absolument, soient les Formes Intelligibles du Bien, du Beau, du Vrai, du Juste… seules réalités véritables, immatérielles, immuables et éternelles, selon Platon, dont les choses sensibles ne sont que la pâle imitation, la copie imparfaite.

En Jean, 14, 6, Jésus proclame de lui-même :

« Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie

Etrange Forme Intelligible que celle de la Vérité et de la Vie, tombée, miraculeusement, sur la paille d’une étable et les copeaux d’une menuiserie.

Publicités

Une réflexion sur “Sur un Platon

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s