Piano, piano

La mère spartiate recommande à son fils qui se plaint, au combat, de la petitesse de son arme : « Si ton glaive est trop court, avance d’un pas ! » Au pianiste aussi, qui s’échine à tirer à lui le lourd piano à queue qu’il estime trop éloigné de ses mains pour pouvoir exécuter, dans les meilleures conditions, la sonate attendue, on dira : « Laisse là tes efforts inutiles et rapproche ton tabouret du clavier !  Prière au Christ qui, sur sa traverse ensanglantée, reproche à son Père de l’avoir abandonné à la cruauté des Romains, de convoquer les ressources de la clairvoyance : il ne fallait pas se prendre pour le Messie et quitter, effrontément, les copeaux de la menuiserie familiale. Prophète aux abois, le retour à la charpente est vertical et, brutale, la claque au délire de toute puissance, suspendu maintenant aux clous de l’infortune.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s