Le pyjama du zèbre

Tomber dans les pommes, Adam et son Eve à nuire, la chute.

Après l’Eden, vivre nuit gravement à la santé : on y laisse des plumes et même, pour ceux qui n’ont pas le statut de l’ange, à la fin, on y laisse, en des peaux, son cadavre.

Avant cette ultime déposition des corps, dans la vie des langues, de toutes les langues déversées par Adam sur la terre, chaque usager du langage, passant sans cesse d’un mot à l’autre, achoppe toujours à se dire, assujetti qu’il est à la langue qui toujours le dit.

Plastic Bertrand, le planeur des tréteaux, l’a braillé de manière définitive :

« Ca parle pour moi! Ca parle pour moi ! »

Celui qui parle ne peut donc s’échapper de cette nasse symbolique qui sans cesse le parle, et il devra attendre le dernier mot- ultimum verbum– pour s’entendre dire, en s’évanouissant, cette fois pour de bon, ce qu’il aura été.

Le sujet, un futur-antérieur

Ce dernier mot n’est pas celui, qu’auprès des Grands, on recueille avec déférence. C’est Clémenceau mourant, voyant venir vers lui le prêtre qu’on était allé chercher :

« Enlevez-moi ca ! »

Non, c’est le dernier mot dit, sans répondant cette fois, celui de la paire habituelle qui , au moment crucial, se fait porter pâle .

Ca râle dans la coursive et personne sur le pont pour prendre le relais.

Au « Maman ! » ultime, cri brisé de l’agonie du vieux, pas d’écho sur la ligne qui seulement grésille, friture du néant.

La belle affaire !

Quand se faire la belle laisse un sujet sans cause

Pas tout à fait, hors symbole cependant : son patronyme et la tenaille de son inscription dans le temps devraient apparaître, gravés dans le marbre, ou sur l’urne de ses cendres.

Que ça dure, ces petites lettres du calendrier des Saints et de l’arbre généalogique, prêtées pour un temps à un être de hasard, que ça reste pour la pluie, les feuilles mortes et le vent, ces petites lettres, chrysanthèmes figés au parfum de la mort.

Il faut bien, pour les petites lettres, faire une concession à la Culture et, pour les éléments naturels, laisser la Nature jouir de ses droits.

Le cimetière a ses tombes pour mémoire; la nuit tombe assez vite pour le pourri soir.

La langue ne respecte pas l’étiquette, marche au duel, dégoise à tout va.

Nasse symbolique, la langue, mais pas connasse qui, maligne, du con, s’étire et s’allonge au suffixe.

La langue, on tombe dedans, comme un zèbre dans son pyjama à rayures : il ne pourra jamais s’en défaire ou le troquer contre la pelisse de l’ours, la robe tachetée du jaguar.

La zébrure le marque à tout jamais.

Ainsi le trait, la marque indélébile de la langue chez l’homme qui, pour autant, ne cesse, pape, pope ou pasteur, de faire le zèbre pour trouver, par le Haut, rabbin, imam, une sortie honorable à ce marquage de l’ignominie de la lettre qui le confine aux limites de ses combinaisons syntaxiques et de ses variations lexicales, à la fragilité de ses fictions, à la précarité de ses certitudes, à la platitude d’une vie, qui, avec l’alphabet pour labyrinthe, ne peut compter sur aucun fil d’Ariane pour lui offrir l’espoir d’une délivrance, d’un salut, d’un enchantement.

C’est dans Cap au pire de Beckett :

« Encore. Dire encore…D’où sortir. Où retourner. Non. Nulle sortie. Nul retour…essayer encore. Rater encore. Rater mieux. »

Et pourtant, Là -Haut , Le Verbe n’attend qu’un mot, Yahvé, son rouleau, Allah, son tapis.

D’une monture à l’autre, prendre le mauvais cheval, glisser sur la selle, tomber.

Ça porte chance, dit-on.

Quand la langue fourche, quand ce n’est pas le bon mot attendu.

Le trébuchement, avec le rire. On attend « ravin » et c’est « vagin » qui surgit .

« On a retrouvé le jeune homme, nu, près d’un.. .vagin ! »

Lapsus linguae

Le gouffre du sexuel. Freud dit que, dans le Ca, tout y est.

Tout toutillé, tout touillé.

On parle, en médecine, de collapsus, de détresse circulatoire par effondrement de la tension artérielle.

Lapsus et colle lapsus font la paire : détresse du sujet chez qui le sang ne fait qu’un tour et, psychiquement, s’effondre quand, dans un filet de voix, soudain, se colle à sa bouche, un désir de vérité qui refait surface.

Rappel à l’ordre du vivant, petit intermède de la honte, avant le coup de sifflet final, cette fois, effondrement réel, sans, pour le coup, avoir à en rougir.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s