Mais où est donc Ornicar?

Si le mot est le meurtre de la chose, qu’en est-il de la licorne, des conjonctions, des peut-être et des sans doute, de tous ces éléments du langage qui ne renvoient à aucun référent dans la réalité?

On peut imaginer qu’il est plus facile d’utiliser le signifiant « cheval« , quand on l’évoque, que de courir à l’écurie la plus proche pour en produire un échantillon dans la discussion en cours. Cependant, les « mais,où,donc, or, ni, car« , où donc, dans quelle conjecturie aller les chercher quand on veut mettre un peu de lien entre tous ces mots qui se poussent du col pour faire bonne contenance dans la conversation?

La licorne, pas de secret, comme le disait Locke,  car c’est la fusion de deux éléments appartenant au règne animal, sorte de mot-valise flottant dans le zoo du rêve. Mais Dieu, céleste conjonction, de quel réel ce signifiant est-il l’exécution?

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s