Lux et umbra sed semper auror

Pas de mots à soi: dans la langue commune, location fait le larron.

Sujet emprunté: tout être, de parler, est dans des habits d’emprunt.

On ne perçoit pas combien, éloigné de tous, chacun sur l’esquif de son fantasme, et balloté et vague dans la mer commune des mots, flotte.

Je suis au plus près dans le mot suivant et déjà, le disant, m’en absente. L’aube suit sa nuit et laisse au jour la trace de son oubli. L’oiseau est au plus près de l’envol du mot suivant la courbe du vent, son ascendant.

Il y a même quand on parle une sorte de chant plus obscur ( Cicéron)

Lux et umbra sed semper auror.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s