Douceur

L’étoffe s’étend au toucher jusqu’à la douceur du e muet de sa soie.

Affabilité, aménité : douceur, en la langue, des synonymes de douceur .

Mansuétude de la langue française à l’égard de celui qui la parle : sa musicalité, ses liaisons, si peu dangereuses, son Racine, si doux, en ses vers, le miracle du e muet.

Je le vis, je rougis, je pâlis à sa vue

Un trouble s’éleva dans mon âme éperdue.

Douceur de la patience.

Tout est à supporter pour qui est là, jeté dans le monde.

Douceur de la vache au pré, toute à son herbe, à sa mâche.

Pas d’aigreur dans son travail de la râpe, pas d’angoisse, la queue sur les flancs à écarter les mouches.

Toute à la beauté de sa nature, étoile au sol des fixes, mamelle de sa voie lactée.

Pas d’impatience dans son regard sans âme, douceur d’un étant du monde qui ne sent pas être-pour- la mort.

Heidegger dit de l’animal qu’il est pauvre en monde.

Sans doute, mais passive sur sa paille, son monde est doux jusqu’à l’abattoir dont elle n’imagine pas, un instant, la froideur clinique de l’acier avant la décharge électrique qui l’abat.

Vache à être et à s’abattre sur le flanc : une vie.

Volte-face de la douceur du vent sous les ailes des mouettes, flot incessant de la fluidité des fuites.

Douceur de la caresse sur le dos du chat : double soleil du maître aimé et la-haut , dans le ciel, l’astre et ses rayons.

Aigreur, mode négatif de la patience : l’aigri en veut au monde de ne pas lui donner la place qu’il suppose lui être due.

Impatience d’en finir avec la gratuité du ciel pour un être, tombé là, et qui ne sait plus où donner de la tête, vers qui tendre les bras, où donner de la voix.

Douceur du christianisme.

Luc, 6 :

Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent, bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous maltraitent. A qui te frappe sur une joue, présente encore l’autre ; à qui t’enlève ton manteau, ne refuse pas ta tunique.

Jésus à la fourrure, douceur du masochisme évangélique.

Le Fils de Dieu lui-même, travaillé, à la fois, par la pulsion de mort et un intense sentiment inconscient de culpabilité, forme inversée du ressentiment et de la haine éprouvée à l’égard du Père :

« Mon Père, Mon Père, pourquoi m’as-tu abandonné ?

Il hait le Père et veut le détruire mais n’en est pas capable. Il s’identifie alors à l’objet de sa haine et se fait souffrir, retournant contre lui la souffrance qu’il ne peut infliger à l’Autre.

Voix du sur-moi, dit Freud, d’autant plus redoutable que tout renoncement à la satisfaction pulsionnelle redouble le sentiment de culpabilité car il est impossible de cacher à cette Voix obscène la persistance, dans le moi, des souhaits interdits .

Plus il renonce à la jouissance de la haine, plus il se sent coupable de toujours y penser.

Oscar Wilde avait raison : la meilleure façon de résister à une tentation, c’est d’y céder.

Cette Voix de l’Absent qui lui intime d’aller au sacrifice, le Christ l’entend, cloué sur ses deux traverses de bois, impuissant à ses clous, flanc à la lance, tête aux épines, joues offertes aux injures et au vent d’avant la mort.

« Ce dont il s’agit, c’est de la voix. Que le masochiste fasse de la voix de l’Autre ce à quoi il va donner garant d’y répondre comme un chien. »,  lâche Lacan.

Douceur du chrétien, qui fait, de l’aboiement de son Seigneur et Maître à l’impératif de l’Amour, une injonction à être traité, par autrui, comme un enfant mauvais et méchant, pourvu qu’il reste attaché à la laisse qui le serre à la gorge

Douceur de la charité qui pousse le chrétien, tout à la jouissance de son image maltraitée d’enfant méchant et mauvais, à bénir celui qui le maudit.

La seule douceur, dit-on, est d’enfance.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s