Dédale en soi

Comment connaître le chemin ?

Soucieux de montrer à son peuple le crédit dont il jouissait auprès des dieux, Minos, roi de Crête, demanda à Poséidon de faire surgir de la mer un superbe taureau blanc qu’il lui sacrifierait sur le champ.

Poséidon accéda à sa requête.

Mais, subjugué par la beauté de l’animal, le roi renonça au sacrifice et immola, à la place, une autre bête de son troupeau.

Furieux, le dieu de la mer , inspira à Pasiphaé, la femme de Minos, un désir fou pour le Taureau Blanc

Nymphomanie express .

Elle demande alors à Dédale, l’architecte génial du royaume, de trouver une solution technique susceptible d’alimenter le feu qui la dévore.

Et Dédale d’imaginer le premier être bionique de l’Histoire, une vache en bois, montée sur roulettes, conseillant à la reine de s’y glisser en introduisant ses jambes dans les pattes postérieures de l’animal.

Ainsi offerte, Pasiphae attend, brûlante, le choc de la libido taurine.

Le leurre fonctionne au quart de tour : le taureau, distrait, se précipite sur cette vache un peu raide, et conclut, engrossant la reine qui, neuf mois plus tard, donne naissance à un être monstrueux, homme par la tête, bovin par le reste du corps : le Minotaure.

Saisi de honte, Minos demande alors à Dédale de construire un palais-labyrinthe pour y retenir le monstre et le soustraire à sa vue.

Et pour clore l’affaire, une fois le bâtiment construit, il y fait enfermer l’architecte et son fils Icare, comme châtiment pour la perverse invention de la vache en bois, cause de l’avilissement de sa femme.

Dédale est en exil à Cnossos  pour avoir, par jalousie, poussé du haut de l’Acropole son neveu Talos: il était, en effet, jaloux du jeune homme qui avait inventé le compas et la scie.

Talos, métamorphosé en perdrix, et battant joyeusement des ailes dans le buisson proche de la tombe où Dédale enterre son fils Icare

Les ailes joyeuses de Talos contre les ailes défaites d’Icare.

Le fils de l’architecte voit les ailes en cire, que son père avait fixées sur son dos pour s’enfuir du labyrinthe, fondre, à mesure qu’il s’approche dangereusement du soleil.

Chute vertigineuse d’Icare qui sombre dans la mer Egée, chute qui rappelle dramatiquement les limites de la technique .

Des plumes et de la cire , sur des épaules humaines, ne font pas un ange ou un rapace.

Il lui aurait fallu, tel Pégase, des ailes de chair, chevillées au corps, pour monter si haut.

Des ailes , sans cire , auraient été parfaites .

Sans cire: en latin, sin cera.

Sincère.

La sincérité d’Icare, seule réponse à la possession illégitime de Minos, à la jouissance bestiale de Pasiphae, à la ruse perverse de Dedale.

La pureté d’un désir, parfois, c’est refuser d’obéir au père et s’élancer vers les hauteurs, au risque d’y perdre la vie.

Giordano Bruno, brûlé au feu de l’Inquisition pour avoir défié le labyrinthe théologique de son époque

Thésée, dit le mythe, tua le Minotaure, dévoreur de chair fraîche.

Taisez , dans votre labyrinthe pulsionnel, la petite voix qui vous dit de vous raccrocher au fil d’Ariane, l’amour, pour retrouver votre chemin. 

Néocortex de la tête humaine, saturé de milliers de pensées, dédale d’allers et retours exploratoires d’impasses renouvelées : de soi, on ne sort pas.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s