La mouche, l’éléphant et la lune

Un jour, une mouche vit un petit garçon appelé Thomas. Elle lui dit en langue mouche:

« Bonjour, Thomas! » Comme chacun sait, les petits enfants connaissent des milliers de langages. La nuit, dans leur lit, ils s’essaient à parler dans un concert de sons doux, de galets délicieux dévalant des pentes, des gorges, des vallées…

C’est donc  sans étonnement aucun qu’il regarda la mouche et qu’il lui répondit en langue mouche:

« Bonjour, Mouche!

Celle-ci était posée sur Ganesh, l’éléphant blanc des Indes à la trompe rouge et aux trois yeux bleus. Deux ,comme un chacun, et le troisième pour voir les deux autres.

Thomas aimait beaucoup son éléphant qu’il serrait contre lui chaque soir et qu’il embrassait  chaque matin, si je ne me trompe.

La mouche maintenant circulait d’une oreille à l’autre de l’animal, empruntant son front  comme un pont qu’elle traversait à la légère.

De nouveau, elle s’adressa au petit garçon:

« Eh! Thomas! Aimerais-tu voler avec moi? Aller loin, dans le ciel, voir les étoile et même la lune?

« Quoi! La lune! » Mais je la vois tous les soirs! Mon papa me la montre, là-haut, toute ronde ou en croissant… »

« Il te la montre, répondit la mouche, mais il ne peut pas t’y emmener! Viens avec moi et, dès ce soir, tu pourras t’amuser avec les petits lunatiques, les chiens dorés et les chats-loupes. Viens vite car je ne suis que de passage chez toi! J’ai été envoyée pour choisir le plus gentil garçon de la Terre afin de lui montrer le bel astre jaune, les volcans lumineux, les cratères à terre et les lacs pâles sans étoiles et sans rides… »

Troublé par ces belles  paroles, Thomas hésita un peu. Il se demandait s’il reverrait sa jolie maman et son papa grognon. Mais le démon de l’aventure le poussait et la mouche était si belle! Et puis quoi, la lune, c’est pas la lune, après tout! Un aller-retour, c’est vite fait et que de beaux souvenirs à raconter à Ganesh!

Sa décision était prise. Il fit un clin d’oeil à la mouche et lui dit:

« D’accord! Je viens avec toi! »

Aussitôt la mouche se posa près de lui. Thomas s’assit délicatement sur ses ailes et il agrippa ses antennes avec ses petites mains. Et hop! La mouche s’envola.

C’est à cet instant précis que le petit garçon se rendit compte qu’il avait oublié de demander à la mouche s’il y avait aussi , sur son dos, une petite  place pour Ganesh et il pleura amèrement car il se doutait bien que, sur la planète des poètes, il trouverait des choses merveilleuses mais jamais un éléphant blanc avec trois yeux et un coeur si tendre!

Quelle mouche l’avait donc piqué pour avoir voulu laisser Ganesh tout seul, la trompe en bandoulière et les yeux tout mouillés de voir partir, sans lui, son petit ami des songes!

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s