L’Adam dur

L’homme étant proie au langage peut échapper à la gueule d’acier qui  broie la patte du loup pris au piège mais, dès qu’il parle, l’homme, en son palais, s’étrangle avec la langue qui le prend au collet.

Il est saisi par les mots qui, le long de sa gorge, dévalent, fourmilière où se croisent , sans cesse, ces ouvrières du sens qui , poussées à tâtons par le déterminisme aveugle de leur charge symbolique, échafaudent, pour la galerie, l’image d’un moi piégé, pendu à l’antienne de sa propre voix, et seul.

Si , comme le dit un proverbe indien, la rosée est une inondation pour la fourmi, le langage est, pour l’homme, un ras de marée le dévastant à tout instant, sans la moindre cache pour le mettre à l’abri des trombes verbales qui déferlent sur lui et battent à ses tympans, mer du ravage et de la ruine, grondement intempérant qui sonne, vorace, comme une sommation au repli sur le silence de l’innocence animale, terre à jamais inaccessible et vaine.

Dieu a eu l’Adam dur avec l’homme, créature si mal bricolée à l’image de son Créateur qui lui infligea, en plus de l’aptitude à la parole, le pouvoir de donner des noms aux bestiaux de la terre, à tous les oiseaux du ciel et à toutes les bêtes sauvages.

Ainsi le fauve taciturne se déplace dans la savane sous la robe tachetée du tigre et le rapace de haut vol se range sous la voilure de l’épervier, formes muettes et mouvantes de la vie qui ignorent jusqu’aux noms qui les portent.

L’homme, instituteur de toutes choses, récolte les fruits de la démesure verbale, à lui infligée à l’origine, et pâtit maintenant, à chaque instant, de la lâcheté de Dieu qui, loin de poursuivre jusqu’au bout son oeuvre de création, abandonna à sa créature humaine le  privilège de la nomination.

Le verbe est dans le fruit, et l’homme, pauvre pomme, rongée jusqu’au trognon par un vers parasite qui le cause, l’homme, le fils d ‘Adam donc,  le pèle et l’épelle, ce fruit, non défendu, jusqu’à rendre désirable, chez lui, le ciel, hélas impossible, d’un Eden de recours: le silence  des bêtes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s