Du dire

Royauté de l’homme: son entrée dans le langage s’est faite en son palais.

L’homme n’est pas le berger de l’être mais l’hébergé du verbe.

Dire la fleur ne la rend pas présente, ainsi de soi, qui , de se dire, toujours s’absente.

En tout état de cause, on naît sans le dire et on est ce qu’on peut dire.

Du dit vain au dit vent, verbe pélerin que nulle basilique ne hante.

Bois au taillis, ainsi le serf du langage qui remue d’autant plus la tête qu’il s’enfonce dans l’entrelacs du sens.

Je, suie, cendre verbale.

Tout ce qu’il croit être ne sera jamais que ce qu’il croit être, par contre, ce qu’il peut dire et comme il peut le dire sera ce qu’il est.

Les mots filent, bon sang!

Du dire

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s