A Vienne que pour rat

Du constat effaré: parler ment, on passe à la neutralité bienveillante du : parlez-m’en.

Etre à la traque de ce qui , dans le discours dément, oui , dément l’intention de l’énoncé: l’enfance de l’analyste fut celle d’un passionné de l’ordure et du tri.

Dans l’analyse, la vérité , c’est toujours l’un des sens.

Analyste, chasse d’eau des déchets de la parole.

Quand le lacanien ponctue l’orthographe de la faute.

Celui qui parle suppose à sa parole un entendeur, pas un salut.

Parler tombe dans la fausse décence de l’analyste.

Psychanalyse, politique de l’ascèse vide.

Un sujet loquasse, voilà ce qu’en bout de piste , on trouve.

Déconnaître, savoir à la con: parler ne résout rien de l’impasse de vivre.

Vienne, le temps de Freud et du malheur banal.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s