Il ne se courbait pas

La terre était vague et vide, les ténèbres couvraient l’abîme, l’ennui de Dieu planait sur les eaux. L’origine du monde n’est pas, dans Courbet, le néant mélancolique de l’Un mais un trou noir, une aspiration. Les lèvres ouvertes disent la lumière et les mers, les astres et les vivants, la divinité de la chair.

Ce tableau caché était dans le cabinet de Lacan, gémissements et noeuds du désir.

Publicités

Une réflexion sur “Il ne se courbait pas

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s