Cannibale attitude

C’est une invention du Concile de Trente, le pain et le vin partagés au dernier repas deviennent le corps et le sang du Christ: transsubstantiation, disent-ils. Se mange-t-il lui-même ou bien nous le fait-il à l’estomac? L’autophagie divine est délicieuse, un miracle de poésie fugace. Pourquoi, d’ailleurs, se donne-t-il à la mastication? Rien d’autre que Dieu à se mettre sous la dent?

Judas l’a à l’oeil, qui bientôt va le livrer: il le dévore, à son aise, avec les autres. Il boit le sang qu’il n’ a pas encore fait couler. Il incorpore celui qui va mourir pour la multitude.

Cannibale attitude, vampire au coup tordu.

Publicités

Une réflexion sur “Cannibale attitude

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s