Atout faux

La mort mate à mort « Il y avait une fois, dans Bagdad, un Calife et son Vizir. Un jour, le Vizir arriva devant le Calife, tout pâle et tout tremblant : « Pardonne mon épouvante, Lumière des Croyants, mais devant le palais, une femme m’a heurté dans la foule. Je me suis retourné et cette femme, au teint pâle, aux cheveux sombres et à la gorge nouée par une écharpe rouge, était la Mort. En me voyant, elle a fait un geste vers moi…Puisque la Mort me cherche ici, Seigneur, permets-moi de fuir pour me cacher, loin d’ici, à Samarcande. En me hâtant, j’y serai avant ce soir. » Sur ce, il enfourcha son cheval et disparut dans un nuage de poussière en direction de Samarcande. Le Calife sortit alors de son palais et lui aussi rencontra la Mort au milieu de la foule : « Pourquoi avoir effrayé mon Vizir qui est jeune et bien portant ? » lui demanda-t-il. Et la Mort lui répondit :  «  Je n’ai pas voulu lui faire peur mais en le voyant dans Bagdad, j’ai eu un mouvement de surprise car je l’attends ce soir à Samarcande… » Atout faux, la faucheuse, en vérité,  ne laisse pas, aux oiseaux, le choix de disparaître entre les trembles ni, aux dés, l’aléatoire du chiffre.

Publicités

2 réflexions sur “Atout faux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s