Opaque animal

Raphaël, n’ayant encore, de la langue, que le bruissement des prémices, se plie aux exigences de l’étiquette de sa peluche, opaque animal,  qu’il explore comme une Amérique réduite au timbre-poste, glisse avec son index sur la figurine qu’il ne peut encore faire pivoter en la crochetant, glisse sur les choses comme, sur l’eau, le cygne, sans faire de vagues. Aucun homme , dans la désespérance la plus noire que lui auraient donné le temps et les blessures du non-dit , du retrait et de la traîtrise de ses semblables, ne peut, s’il s’abandonne à l’intensité innocente du regard bleu qui l’aspire, résister, ne serait-ce qu’un instant, à l’appel de la douceur de vivre. Tout homme, ayant donné , par lassitude, sa foi, au pessimisme, sait, à quel point il est optimiste quand il mesure, devant l’enchantement de l’être petit qui déploie autour de soi ses bras et ses jambes, la profondeur de sa dette envers ce qui l’a créé et lui a permis de s’appeler par tel ou tel nom. A l’intérieur de tout esprit, profondément, sommeille le grand étonnement d’exister, prêt à jaillir à la première occasion. Réduit à ses limites essentielles, le simple fait d’être au monde, qu’en miroir, la profondeur abyssale d’un regard d’enfant renvoie avec une telle puissance, est assez extraordinaire pour être exaltant. Oh! Pas qu’animal, Raphaël, ce petit animé qui, de son dedans, pousse au dehors le souffle qui cherche à dire sa ferveur de vivre !

Publicités

Une réflexion sur “Opaque animal

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s