La mère à terre

Pour Freud, marcher, c’est tourmenter le corps de la mère. Ainsi, l’explorateur au bout de ses chiens piétine les extrémités glacées des pôles mammaires, sextant fébrile d’astres froids et de si peu de latitude.

Theodore Monnod

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s