Fragments

Quand sa conscience est au nid, le rêveur ouvre le bec et croit à ses romances comme l’oiseau à ses trilles.

***

Dans le regard et la voix de la femme aimée, quelles inflexions lumineuses, quelles vibrations suaves ont jadis touché cet enfant qui le laissent, à présent, perdu au coeur de la résonance?

***

Chez les animaux, la première fois, c’est la bonne. Chez les hommes aussi, parfois.

***

L’islam et le Judaïsme  ne peuvent voir Dieu en peinture.

***

Ils s’aiment, accord perdu.

***

L’âme aigreur de l’anorexique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s